Il était une fois dans l’Est

Dimensions: 68 pieds par 37 pieds

Réalisation: 2003

La murale « Il était une fois dans l’Est » représente une scène de la vie dans le quartier Est de la ville de Sherbrooke dans les années 1940-1950. Elle est un hommage aux bâtisseurs de ce quartier et met en valeur des personnalités encore présentes dans la mémoire collective ainsi qu’une partie de l’histoire musicale et culturelle de Sherbrooke.

Emplacement:  55 rue King Est, Sherbrooke

55 rue King Est, Sherbrooke

1. Pâtisserie Duquette

Crise ou pas, les Sherbrookois ne vont certainement pas manquer de déguster de succulents beignets frais du jour. Voilà sans doute ce que se dit Adjutor Duquette lorsqu’il devient marchand pâtissier en 1933.

2. Madame Therrien

En 1935, le Marché Therrien ouvre ses portes sur la rue King Est, près de la rue Bowen, grâce à Wilfrid Therrien, qui décédera en 1942. Mme Therrien (née Bernadette Patry) prendra en main le commerce et l’exploitera durant 37 ans.

3. L’homme au journal

En sortant de chez Jos le barbier, on observe l’affiche dans la vitrine sur laquelle on peut voir la ligne d’eau de l’inondation survenue le 15 juin 1942, après des pluies diluviennes d’une trentaine d’heures. Le niveau de la rivière était monté d’une vingtaine de pieds au-dessus du niveau normal.

1. Éva Senécal

Éva Senécal sait s’imposer dans le monde littéraire grâce au roman. Elle fréquente en outre des réunions littéraires chez Alfred DesRochers à Sherbrooke. Entre 1930 et 1936, elle est journaliste et directrice de la page féminine de La Tribune à Sherbrooke. Par la suite, elle s’installe sur la rue Murray.

 

2. Marie Addolorata Gentile

Mme Antonio Fabi ou Marie Addolorata Gentile, voit le jour en Italie, arrive au pays en 1908 et épouse M. Fabi le même jour. Elle donnera naissance à 14 enfants. Mme Fabi aide grandement son mari à réussir en affaires.

M. Antonio Fabi se lance en 1913 dans le domaine de la construction générale, c’est-à-dire la construction de chemins, de ponts, d’aqueducs, d’égouts et de trottoirs. Après la mort de M. Fabi en 1942, elle devient présidente de sa compagnie et le demeurera durant 15 ans.

3. Mirka le chien

Le chien du quartier flaire un peu de tout sous les boites à feu, comme on les appelle, installées depuis 1897.

1. Dr Joseph Émile Noël

Il étudie à l’école des Frères du Sacré-Cœur, puis fait son cours classique au Séminaire Saint-Charles-Borromée et ses études médicales à l’Université Laval à Québec.

2. Soeur Marguerite de l'Eucharistie

Au début des années 1920, lorsqu’un hôpital ouvre ses portes rue Bowen, Soeur Marguerite de l’Eucharistie (Marie-Anna) fait partie, avec le Dr Émile Noël, de l’équipe de fondation.

3. Soldat

C’est le retour d’outre-mer pour notre soldat, un peu amaigri d’avoir mangé des beans chaudes le matin, des beans froides le midi et des beans sûres le soir.

4. Georges Sylvestre

Le 5 octobre 1943, l’économie sherbrookoise est marquée par la création de la Caisse populaire de Sherbrooke-Est. Le président fondateur du conseil d’administration : le notaire Georges Sylvestre.

5. Chanoine, Dolor Raphaël Antoine Biron

Monsieur le chanoine Dolor Biron naît à Sherbrooke. Il sera curé de Saint-Jean-Baptiste pendant 30 ans. Cofondateur de la Société d’histoire des Cantons-de-l’Est, il sera également à la tête de 51 sociétaires de la Caisse populaire de Sherbrooke-Est.

1. Louis Bilodeau

En 1947, on le retrouve à CHLT-Radio. En 1956, il revient définitivement à Sherbrooke comme chef-annonceur pour le poste projeté de télévision; en attendant, il fait un peu de radio pour se maintenir en forme.

Animée par le folkloriste Louis Bilodeau, la « Soirée canadienne » fait revivre les soirées d’antan au cours desquelles les chansons alternent entre gigues et rigaudons. L’émission a débutée en 1960 au poste CHLT–TV de Sherbrooke.

2. Ti-Blanc Richard

À l’âge de 12 ans, Adalbert Richard, alias « Ti-Blanc Richard, demande à ses parents un violon pour récompenser les travaux qu’il accomplit sur la ferme.

En 1937, il est invité à participer à l’émission Bonjour Voisin de CHLT radio, qui le fait connaître en région. Avec son groupe de musiciens « Ti-Blanc Richard et ses Gais Lurons », il parcourra les quatre coins de la province et bien plus encore.

3. Jim Battistini

Aux côtés de Ti-Blanc, on retrouve l’accordéoniste Jim Battistini, originaire d’Italie, bien connu dans la province et dans son quartier. Il en fait, des spectacles, et il faut être coriace pour tenir durant des heures de spectacle un accordéon comme le sien, qui doit peser 60 livres.

4. Antonio Montour

Artiste, peintre et lettreur, il pratique tous les métiers de la scène : comédien, chanteur, metteur en scène, auteur, décorateur, etc., en plus de construire tous les chars allégoriques qui défilent à Sherbrooke. Après ses études à l’École des beaux-arts du Québec, il ouvre un commerce d’enseignes ayant pignon sur la rue King, près du pont Aylmer.

5. Jeune couple

Tiens, un jeune couple de nouveaux mariés qui arrivent à peine du bas du fleuve pour se trouver du travail, pour réaliser leur rêve de fonder un foyer et une famille.

1. Fille, mère ou grand-mère

Les dames au balcon prennent un peu d’air frais. La plus jeune des dix enfants de la veuve attend un poupon sous peu. Ça fait du monde dans l’appartement! La voisine du haut tricote un petit gilet pour son nouveau-né : ça, c’est le bon voisinage du quartier!es et aux victimes de désastres.

1. John Samuel Bourque

Johny Bourque est le 10e député de Sherbrooke et fait partie de la Commission des écoles catholiques de Sherbrooke. Il siégera aussi à titre d’échevin de la ville. Pendant qu’il cumule ces deux fonctions, il sollicite un premier mandat de député à l’Assemblée législative du Québec.

2. Léonidas Bachand

Léonidas Bachand exerce sa profession de notaire à Sherbrooke à partir de 1915. Sa contribution aux milieux social et culturel est remarquable. Il fonde l’Union musicale de la Société d’Enseignement de la Musique en 1921.

Il était une fois dans l'Est - Partie 1

Capsule de La vie en Estrie du 26 juin 2009 portant sur la murale « Il était une fois dans l’Est » réalisée par l’organisme MURIRS.

Réalisation en accéléré d'une murale

Réalisation accélérée de la murale « Il était une fois dans l’Est » par l’organisme MURIRS.

Il était une fois dans l'Est - Partie 2

Capsule de La vie en Estrie du 26 juin 2009 portant sur la murale « Il était une fois dans l’Est » réalisée par l’organisme MURIRS.

Pin It on Pinterest